Mali

MALI
Début des activités de l’OPC 1979
Types d’activités : Mise en place et soutien d’un système de soins oculaires complets
Zones géographiques concernées : Kayes, Sikasso
Partenaires : Fondation : Mectizan donation program
- SightFirst
2013 (en partenariat avec les Lions Clubs du Mali) : -lutte contre l’onchocercose : les activités se poursuivent avec efficacité dans l’ensemble des foyers sous l’égide des programmes nationaux, où l’action des agents, prolongeant la formation initialement dispensée par l’OPC, permet à plus de 3 500 000 personnes d’être toujours protégées.
- 33 000 consultations d’ophtalmologie dispensées dans les trois centres de soins de santé oculaires soutenus par l’OPC (Kayes, Sikasso, Mopti)
- 4 800 cataractes et trichiasis opérés
- lutte contre la rétinopathie diabétique (formation personnels de santé, information média)
- les étudiants du Diplôme d’Études Supérieures Spécialisées d’Ophtalmologie (DESSO) de Conakry continuent d’utiliser l’Hôpital de Kayes, remis à niveau par l’OPC
- 2 bourses attribuées à 2 ophtalmologistes maliens en formation à l’Institut d’Ophtalmologie Tropicale d’Afrique pour des stages pratiques de chirurgie de la cataracte en milieu rural
- en partenariat étroit avec le programme national de lutte contre la cécité, des équipements de consultation nécessaires à l’ouverture de quatre centres de soins communautaires dans les régions de Kayes et Bamako ont été fournis et acheminés par l’OPC
Projets 2015 à 2018 -En 2016 : Cours à l’Institut d’Ophtalmologie Tropicale d’Afrique (IOTA) en collaboration avec la Fondation Internationale du Lions Clubs.
- De 2016 à 2018 : Mise en place d’un Système de soins oculaires complets dans les régions de Ségou en collaboration avec la Fondation Internationale du Lions Clubs.

Bilan de 4 ans de mobilisation

Les résultats que nous avons obtenus montrent toute la force de la générosité de chacun pour préserver durablement la vue d’hommes, de femmes et d’enfants menacés de cécité.

(photo : service du Dr Kon­ate à Kayes)
À la suite d’une évaluation menée début 2010, l’OPC a décidé de prolonger durant 4 ans son programme de soins oculaires complets dans les régions Kayes et Sikasso au Mali, afin de consolider les résultats obtenus, et d’étendre ces activités à la région de Mopti. Une nouvelle évaluation au début de cette année souligne l’ampleur des progrès obtenus, qui dépassent souvent les objectifs initiaux.

Soins oculaires :

- 109 083 consultations ophtalmologiques réalisées en 4 ans, soit 3 fois plus que prévu initialement.
- 14 967 cataractes opérées, soit près de 2 fois plus qu’espéré.
- 84% des patients souffrant de glaucome opérés, soit près de 3 fois plus que l’objectif initial.
- 100% des nouveaux-nés protégés de la conjonctivite purulente néonatale.
- 100% des cataractes et glaucomes congénitaux diagnostiqués à la naissance et orientés vers un centre national de prise en charge.
- 5 448 enfants ayant des vices de la réfraction dépistés et équipés de lunettes correctives dans le centre d’optique créé à Sikasso.

Formation :

- 100% des généralistes sensibilisés à la nécessité de référer les patients diabétiques au centre ophtalmologique pour dépistage systématique de la rétinopathie diabétique.
- 28 médecins, 320 chefs de poste médicaux, 96 sages-femmes et infirmières obstétriciennes formés au dépistage des maladies oculaires et à l’orientation des patients vers les services adaptés.
- 9 070 agents de santé communautaire formés à la détection des baisses de vision.

Équipement :

- 8 Unités de Soins Oculaires renforcées ou créées.
- 3 Unités Mobiles de Soins Oculaires créées : véhicules 4x4 et équipement médical portable pour aller opérer les patients dans les centres de soins oculaires isolés.

Sensibilisation :

- Des milliers de messages radiophoniques diffusés pour sensibiliser à la prévention et la détection des maladies oculaires.

Autonomie :

- Mise en place d’un système de recouvrement des coûts par une participation des patients, qui permet désormais d’assurer l’autonomie et la pérennité du programme.

Histoire : opération "Yeleen" (1979-1986)

Yeleen, “lumière” en bambara, fut un programme de santé oculaire (le premier conçu et exécuté par l’OPC) à l’échelle d’un état africain, le Mali. Sur demande de M. Christian Monnier, concepteur et fondateur de l’OPC, un programme fut mis au point, en 1979, par M. Ruy Rodriguez da Silva et le Dr Marcel Chovet.

Ce programme proposait :
- La couverture médico-chirurgicale nationale comprenant :

  • 1/ Au niveau primaire : la prévention, le dépistage, les soins oculaires primaires et la mise en place d’un système d’évacuations sanitaires.
  • 2/ Au niveau secondaire : une offre de soins oculaires de qualité (chirurgie de la cataracte).
  • 3/ Au niveau tertiaire : l’IOTA (Institut d’Ophtalmologie Tropicale de l’Afrique) représentait l’ultime recours sur le plan du diagnostic, de la prise en charge, de la formation et de la recherche opérationnelle.
    - La formation (en 4 ans) de 6 ophtalmologistes maliens et celle de 12 infirmiers spécialistes.
    - La recherche épidémiologique et opérationnelle appliquée aux maladies oculaires.

    Placée sous la férule du Dr A.-D. Négrel, ancien Directeur exécutif de l’OPC qui fut l’âme de Yeleen et l’amena au succès, l’opération – prévue pour 5 ans – se termina en 1986. Le coût du programme s’éleva à plus de 1 676 000 euros dont 425 000 euros en investissements. Plus de 1 250 000 consultations, plus de 23 000 opérations furent assurées. Les centres de Gao, Kayes, Mopti, Sikasso et Ségou furent équipés et animés par un ophtalmologiste et deux infirmiers spécialistes. L’élan était donné… Et le système des soins proposé fonctionne aujourd’hui à plein régime.

    Yeleen fut un succès et représente la clef de voûte sur laquelle s’appuie l’ophtalmologie de santé publique au Mali. Ce succès perdure aujourd’hui pour le plus grand bénéfice des populations maliennes.

    Après ce coup d’essai réussi, l’OPC s’est engagée sans réserve, dès 1991, dans la lutte contre l’onchocercose en Afrique de l’Ouest puis en Afrique Centrale. Ce combat “séculaire” perdure et le programme s’est enrichi de l’inclusion des soins oculaires au niveau villageois.

    L’élimination de l’onchocercose est en bonne voie après 30 ans de lutte. Plus de 3 millions de personnes ont été protégées en 2010 dans 7 582 villages de 4 pays africains et ne seront pas aveugles. Les populations retournent progressivement dans les zones les plus fertiles et les plus riches.