Maladies tropicales négligées et santé oculaire.

Le 1er/07/2013

Certaines maladies tropicales négligées (MTN) sont mortelles et d’autres causent, souvent à vie, de graves déficiences physiques qui touchent particulièrement les femmes et les enfants. Elles sont plus répandues dans les zones rurales, les bidonvilles et les zones de conflit.
L’OPC lutte contre deux d’entre elles, le trachome et l’onchocercose.

TRACHOME ET ONCHOCERCOSE



Le trachome et l’onchocercose (cécité des rivières) sont des MTN qui causent la cécité et des déficiences visuelles. Au niveau mondial, au moins 110 millions de personnes vivent dans des zones où le trachome est endémique. Plus de 210 millions de personnes supplémentaires sont considérées comme à risque.
Environ 4,6 millions de personnes souffrent du trichiasis, un stade avancé du trachome, qui évolue douloureusement vers la cécité. En Afrique, 90 millions de personnes sont à risque d’onchocercose. Une mauvaise santé oculaire est une cause significative de pauvreté. Même des affections oculaires mineures peuvent affecter la capacité à travailler et limitent l’accès des enfants à l’éducation. Le risque que des enfants abandonnent l’école double lorsque le chef de famille est atteint d’onchocercose.

PRÉVENTION ET CONTRÔLE


Crédit IAPB

Des stratégies éprouvées existent pour réduire la transmission du trachome et de l’onchocercose. Avec un investissement judicieux, ces deux maladies peuvent être éradiquées d’ici les 10 prochaines années. On estime que le traitement du trachome par personne ne coûte que 0,40$. Pour l’onchocercose, il est de 0,90$. L’accès des populations à l’eau potable et aux services sanitaires est indispensable pour prévenir et contrôler la plupart des MTN.
Le trachome est endémique dans les zones où l’eau potable et les services sanitaires sont insuffisants.
La stratégie CHANCE consiste à éradiquer cette maladie cécitante à travers des démarches curatives et préventives :
- La chirurgie afin de corriger le retournement des paupières supérieures vers l’intérieur et de prévenir l’aggravation du trichiasis ;
- Les antibiotiques pour traiter l’infection trachomateuse ;
- Le Nettoyage du visage ;
- Les changements environnementaux pour réduire l’infection et la transmission.

La mise en œuvre de l’ensemble de cette stratégie CHANCE repose sur une collaboration, non seulement avec le secteur de la santé, mais également avec les partenaires des secteurs de l’éducation, de l’eau et des services sanitaires.

L’OPC lutte contre l’onchocercose depuis 1979 au Mali, au Congo, en Guinée, au Sénégal.

Chaque année 3 800 000 personnes traitées contre cette maladie grâce à plus de 36 millions de comprimés distribués dans plus de 6 000 villages par des agents de santé communautaires bénévoles formés par l’OPC. En savoir plus, cliquez ICI.

L’OPC lutte aussi contre le trachome en RCA et au Tchad

avec ses partenaires, en organisant la formation d’agents communautaires bénévoles chargés de dépister et distribuer les traitements antibiotiques dans leur village, et d’agents de santé spécialisés dans l’opération du trichiasis.

Objectifs d’ici 2015 :

- agents communautaires : 3317 en RCA et 5649 au Tchad
- agents de santé spécialisés : 35 en RCA et 53 au Tchad
- personnes traitées : 4 900 000 en RCA et 405 000 au Tchad
- personnes opérées : 900 en RCA et 2 500 au Tchad

En savoir plus, cliquez ICI.

Source IAPB - 2013 The International Agency for the Prevention of Blindness, dont l’OPC est membre