L’OPC lutte contre l’onchocercose au Congo

Le 19/06/2013

sightsavers-2012

L’élimination de l’onchocercose se confirme au Mali, en Guinée et au Sénégal, où pratiquement aucun cas n’a été récemment détecté. Nous maintenons désormais les zones anciennement infectées sous surveillance durant quelques années, pour être certain que le parasite a durablement disparu.

Cette victoire signifie que des villages considérés comme maudits, où la majorité des adultes étaient aveugles et les enfants menacés du même sort, recommencent à se développer. Que des terres laissées en friche à proximité des rivières sont à nouveau cultivées…

Des milliers de familles condamnées à la cécité et à la misère ont retrouvé un avenir grâce à la générosité de nos donateurs. L’OPC tient à leur renouveler ses remerciements les plus sincères.

Aujourd’hui, comme nous l’avons fait pour le Mali, la Guinée et le Sénégal, l’OPC lutte contre l’onchocercose au Congo et c’est à nouveau ensemble que nous pouvons parvenir à éliminer ce fléau !
Notre mobilisation contre l’onchocercose au Congo commence en effet à porter ses fruits : la « cécité des rivières », qui touchait même certains quartiers de la capitale, est désormais en forte régression. Ces excellents résultats permettent de passer à la phase de l’élimination de l’onchocercose, jusqu’à la disparition du parasite à l’origine de ce fléau.

Mais pour mener à bien cette ultime étape, nous avons besoin d’un nouveau soutien de votre part. Votre aide est d’autant plus indispensable que, si nous interrompons maintenant les campagnes de traitement, les parasites encore actifs risquent de recommencer à contaminer de nouvelles personnes, annulant les bénéfices de 12 années de mobilisation.
photo Michael Jacque

Vous pouvez dès à présent faire un geste d’une grande portée pour préserver la vue des familles menacées de cécité. Ainsi, avec par exemple un don de 60 € (soit 20,4 € après réduction d’impôts), vous protégez 350 personnes durant un an contre la redoutable « cécité des rivières ».

POUR FAIRE UN DON, CLIQUEZ ICI.

En savoir plus sur l’onchocercose, cliquer ici.