Déficit de ressources humaines ophtalmologiques en Afrique. Retour du Dr des programmes de Tanzanie.

Le 2/04/2013

Le succès des politiques de renforcement des systèmes de santé et du développement des soins oculaires en Afrique est freiné par le manque avéré de ressources humaines qualifiées. La réunion de Dar-es-Salaam avait pour but d’apporter des réponses à ce manque crucial, et regroupait toutes les organisations travaillant en Afrique à ce renforcement des systèmes de soins oculaires aux niveaux primaires, secondaires ou tertiaires.

L’objectif a été atteint et même dépassé : les partenaires présents ont opté pour l’établissement d’une alliance d’agences et d’organisations similaire à celles qui ont défendu le plaidoyer, la coordination, la recherche, la recherche de fonds, et la mise en œuvre avec succès des programmes de lutte contre les maladies comme l’onchocercose ou le trachome (ex : ICTC – International Coalition for Trachoma Control). Les organisations se sont engagées à faire de la formation des ressources humaines en ophtalmologie une condition sine qua non de la mise en œuvre, avec les Ministères de la Santé, des politiques de développement et de renforcement qualitatif et quantitatif des soins oculaires.

Différents ateliers ont travaillé aux mécanismes innovants à mettre en place afin de trouver des réponses aux inadéquations géographiques et qualitatives observées entre les régions nord, sud, est et ouest de l’Afrique mais aussi entre les régions Luso-, Anglo- et Francophones du continent. Par exemple :
- dépasser les clivages linguistiques
- améliorer les relations et les échanges techniques et de formations inter-régions
- aider les écoles de formation des élites ophtalmologiques continentales à créer des post-graduations et devenir ainsi des centres de recherches prisés par les étudiants du monde entier
- plaider pour une harmonisation progressive des formations…

Les participants ont travaillé sur un document destiné à rallier toutes les organisations non-gouvernementales et internationales mais aussi les bailleurs de fonds à rejoindre l’alliance pour le développement des ressources humaines en Afrique.

L’OPC a fait entendre son expérience dans la région francophone, son intérêt pour la région lusophone, ses différents programmes et ses méthodes de travail et a aussi soutenu l’idée de l’établissement d’une coalition pour la formation des ressources humaines en ophtalmologie à même de permettre l’harmonisation des formations diplomantes, une meilleure répartition des ressources entre les régions, et une ambition qualitative partagée entre les différentes régions du continent.