3 novembre, éclipse solaire au Mali : danger pour les yeux !

Le 31/10/2013

Une éclipse solaire aura lieu le 3 novembre 2013. Elle débutera à 11h08, le maximum de l’éclipse se produira à 12h46.

Ce dimanche, « il fera nuit en plein jour », et tous les regards voudront se tourner vers le ciel pour assister à ce spectacle hors du commun, mais c’est extrêmement dangereux pour les yeux de toute la population, en particulier pour les enfants !

En effet, durant l’éclipse solaire, si le soleil n’est pas visible, les rayons ultraviolets et infrarouges continuent d’agir. L’observation directe du soleil va alors brûler la rétine et altérer la vue de façon irréversible car il n’y aucun traitement curatif.
Le danger est d’autant plus insidieux que la brûlure causée par l’observation est totalement indolore. Ce n’est que quelques heures après l’exposition au soleil que les victimes ressentent un fort mal de tête. Consulter un ophtalmologue dans les plus brefs délais devient alors indispensable … Mais il est souvent trop tard !


L’Organisation pour la Prévention de la Cécité (OPC) qui œuvre depuis 1979 au Mali pour préserver la vue du plus grand nombre recommande le seul traitement préventif efficace : ne pas regarder directement en direction du soleil.
Une attention toute particulière doit être accordée aux enfants. Plus ils sont jeunes, plus leur cristallin est transparent, et moins il les protège du rayonnement solaire. Les personnes souffrant de maladies oculaires doivent également se protéger la vue sans le moindre compromis !

Des lunettes spécialement conçues pour protéger les yeux lors de ce type d’évènement sont parfois proposées, mais celles que l’on peut trouver sur le marché actuellement ne sont pas homologuées par les autorités compétentes. La protection la plus efficace des yeux contre le soleil reste donc les paupières.

La vue, c’est la vie, ne risquez pas de devenir aveugle, fermez les yeux, ou tournez-vous, mais ne regardez surtout pas le soleil directement.

Lien vers la page consacrée aux programmes maliens de l’OPC, cliquer ICI.