14 octobre : journée mondiale de la vue

Le 6/10/2010

Un enfant devient aveugle toutes les minutes et un adulte toutes les cinq secondes. Pourtant, 80% des maladies cécitantes sont évitables !

Le Pr Pouliquen, Président d’honneur de l’OPC présente la Journée mondiale de la Vue.

La cécité : un drame mondial


Un coût humain catastrophique
- Dans le monde
314 millions de personnes sont victimes de déficience visuelle (soit quasiment l’équivalent de la population des Etats-Unis). 45 millions d’entre elles sont aveugles (source Organisation Mondiale de la Santé, OMS). Ces chiffres risquent de doubler d’ici à 2020, conséquence de l’accroissement démographique et du vieillissement des populations, aggravant encore cette immense tragédie humaine qui prive de nombreux individus d’un de leurs droits fondamentaux : LE DROIT A LA VUE

- Dans plusieurs pays francophones africains
Des enfants aveugles sont condamnés à une vie plus que précaire voire à la mendicité, d’autres sont déscolarisés pour aider leurs parents devenus aveugles. La cécité est plus fréquente chez les plus pauvres, les femmes et les groupes marginalisés. Le risque de cécité est cinq à dix fois plus élevé dans les pays en développement que dans des pays industrialisés. 90% des personnes aveugles vivent dans les pays à ressources limitées (source Etude Access Economics, March 2010). On compte au moins 7 millions d’aveugles en Afrique, 9 millions en Inde, 6 millions en Chine.

- En France
On estime à 2 millions le nombre de malvoyants et 77 000 celui des aveugles, dont 22 000 sont des enfants et adolescents (source Ministère de la Santé, de la Famille et des Personnes handicapées). 40% des diabétiques, victimes d’une sous-information sont atteints de rétinopathie diabétique et deviennent irréversiblement aveugles. Ils représentent environ 1 million de patients. (source : chups.jussieu.fr)
La malvoyance (ou déficience visuelle : acuité visuelle corrigée comprise entre 4/10 et 1/20, ou un champ visuel compris entre 10 et 20 degrés) constitue un autre problème de santé publique majeur en France car si la prise en charge chez l’enfant répond à l’ensemble des besoins, la situation est nettement moins satisfaisante chez l’adulte et surtout chez les personnes âgées. Actuellement, plus d’un million de personnes malvoyantes sont susceptibles de faire l’objet d’une prise en charge globale curative et/ou rééducative.

Un coût économique désastreux

D’un point de vue strictement économique, cécité et malvoyance coûteront près de 2.200 milliards d’euros en 2010 à l’économie mondiale. Ce montant comprend les dépenses de santé, la valeur du temps consacré aux soins par les proches des malades et la perte de productivité, induisant une perte de recettes fiscales pour soutenir les systèmes de santé. En Europe les coûts directs s’élèvent à 377 millions d’euros, les coûts indirects à 134 milliards d’euros. Selon les experts ces sommes vont augmenter massivement d’ici 2020…

Et pourtant 80% des maladies cécitantes sont évitables ou guérissables !

« Il est possible de protéger ou de rétablir la vue à peu de frais, et de soustraire ainsi les gens à la pauvreté. Ces personnes sont alors à même de participer pleinement au développement de leur famille, de leur communauté et de leur pays. Les soins oculaires doivent donc être prioritaires et cette question ne concerne pas que les ministères de la santé. » Dr Gro Harlem Brundtland, ancien Directeur général de l’OMS
Pour éviter ces maladies, les experts de l’OMS recommandent la mise en œuvre de programmes nationaux de santé oculaire, comprenant des mesures de prévention et ouvrant l’accès à des traitements. L’OMS est ainsi à l’origine de l’initiative mondiale VISION 2020 : "le droit à la vue". Objectif : éliminer la cécité évitable d’ici l’an 2020. Elle réunit plus de 40 pays auxquels sont apportés des conseils techniques et des appuis financiers.

L’OPC participe donc à la mise en œuvre de ces programmes : elle est en relation de travail officiel avec l’OMS depuis 2000 et membre actif de VISION 2020.

Faites un don à l’OPC : cliquez ICI