Programmes

La stratégie de l’OPC contre la cécité et les maladies oculaires

C’est en collaboration avec le Ministère de la Santé Publique des pays concernés que l’OPC intervient dans des stratégies et programmes de lutte contre les maladies tropicales négligées que sont le trachome ou l’onchocercose.

En collaborant aussi avec la société civile, principalement les Lions clubs locaux, l’OPC apporte son expertise pour renforcer le système de soins oculaires.

Sur le terrain, l’action de l’OPC se traduit par la formation du personnel à tous les niveaux de la pyramide du système de santé à partir du niveau communautaire.
L’objectif est d’établir un système de référence efficace, en faisant progresser les structures existantes, en installant des mécanismes par lesquels la qualité et la durabilité seront irréversibles et en mettant l’accent sur la prévention des maladies de l’oeil par l’éducation et la sensibilisation.
L’initiation d’un programme de l’OPC obéit à une certaine logique avec différentes étapes.

1ère étape : L’état des lieux
Cette étape, planifiée par l’OPC et par les Ministères de la Santé locaux, permet d’une part, de connaître les besoins en termes de formation, de structures et d’équipements à partir de l’existant. D’une autre part, elle permet d’estimer le nombre de patients concernés afin de quantifier les ressources humaines et financières nécessaires pour assurer la faisabilité et la mise en œuvre du programme de lutte contre les maladies oculaires et la cécité. Cette étape permet la rédaction d’un rapport d’expertise quantifiant les besoins du système de soins oculaires du pays partenaire.

2ème étape : Recherche de fonds
A partir du rapport d’expertise, et avec l’approbation du Ministère de la Santé du pays partenaire, l’OPC rédige un programme d’intervention chiffré et se charge de la recherche de bailleurs à même de financer tout ou une partie du programme. L’OPC signe des agréments avec le ministère de la santé pour définir le rôle et les prérogatives de chacun et fait de même avec la société civile du pays partenaire pour définir les conditions du suivi de la mise en œuvre du programme sur le terrain.

3ème étape : La mise en œuvre
Si les activités du programme sont mises en œuvre par les personnels du Ministère de la Santé Publique, les bureaux régionaux de l’OPC et la société civile supervisent la mise en œuvre du programme. Ils vont ensuite à la rencontre des patients et des praticiens dans les hôpitaux et centre de soins les plus reculés en collaboration avec les équipes cadres du Ministère de la Santé Publique.

4ème étape : Evaluation & Recommandations
L’action de l’ensemble des partenaires – Ministère de la Santé, société civile et OPC - se termine par une évaluation post-programme où les progrès réalisés et quantifiés sont comparés aux besoins préalablement identifiés ainsi qu’aux objectifs définis par le programme. L’évaluation est faite en présence de représentants de l’Organisation Mondiale de la Santé mais aussi du/des bailleur(s) de fonds.

Il est important de souligner que toutes les activités sont mises en œuvre par les personnels du Ministère de la Santé. Ainsi, la stratégie de l’OPC s’oppose à la logique d’assistanat. Son principal objectif est, grâce au transfert de compétences, de mobiliser et responsabiliser les compétences techniques nationales et de rendre autonomes les populations face aux problèmes de déficience visuelle et maladies oculaires.